Le plan Kerry moribond

Le secrétaire d’État américain menace de renoncer à son « plan de paix ».

On sait les Israéliens experts dans l’art de faire durer éternellement des négociations avec l’espoir qu’elles n’aboutiront jamais. C’est ainsi au moins depuis les accords d’Oslo de 1993. Instruits par l’histoire, les Palestiniens avaient accepté en juillet dernier l’ouverture d’un énième « processus de paix » sous l’égide des États-Unis, à condition qu’une date butoir soit fixée. Le secrétaire d’État John Kerry, grand artisan de ce nouveau plan, s’était engagé à rendre sa copie le 30 avril. Or, voilà qu’à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.