Des puces sur les brebis

Deux paysans de la Drôme ont été sanctionnés pour avoir refusé l’obligation de l’identification électronique de leur troupeau.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Deux paysans de la Drôme ont été sanctionnés par l’Agence de services et de paiement (ASP) pour avoir refusé l’obligation de l’identification électronique de leur troupeau de brebis, instaurée pour les bêtes nées après 2010. Résultat : 6 000 euros de suppression de primes et 6 000 euros de pénalités. Une addition sévère pour des éleveurs qui exercent depuis 1986 en agriculture biologique et qui dénoncent dans l’identification électronique « les prémices d’une industrialisation des pratiques de l’élevage telles que le génotypage, les vaccinations obligatoires aussi dangereuses qu’inutiles et l’interdiction de l’utilisation de plantes médicinales à usage vétérinaire. Ces contraintes sont une atteinte à la liberté de l’élevage et ne font qu’accélérer la disparition certaine de nombreux petits troupeaux dont l’utilité n’est plus à démontrer pour le maintien des milieux ouverts et l’impact sur les paysages ». Les deux éleveurs ont saisi le tribunal administratif de Grenoble.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.