Le poids de la vanité (À flux détendu)

Saint Laurent , de Bertrand Bonello, et The Search , de Michel Hazanavicius.

Le cinéma n’est pas une affaire de poids. Certes, ce qu’on appelle l’intrigue d’un film peut avoir plus d’amplitude que celle d’un autre. Par exemple, à Cannes, dans la sélection française en compétition, deux films se sont situés, de ce point de vue, aux antipodes. D’un côté, Saint Laurent , de Bertrand Bonello, relève d’un genre en vogue, le biopic, et relate ce que le fameux couturier a vécu au cours de la décennie 1966-1976. De l’autre, The Search , de Michel Hazanavicius, est une fresque au temps de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.