Aux origines du Jihadistan

Les États-Unis en sont réduits à se tourner vers l’Iran pour bloquer la progression des jihadistes en Irak. L’« axe du Mal » va-t-il devenir « l’axe du Bien » ?

Qui se souvient de Lewis Paul Bremer ? Les Irakiens, eux, ne l’ont pas oublié. C’est en effet à ce personnage que George W. Bush avait confié la tâche d’administrer l’Irak à partir du mois de mai 2003, soit quelques semaines après l’invasion américaine. Ce « proconsul » s’était alors illustré par une série de décisions qui prouvent que le fanatisme n’est pas le seul apanage des islamistes les plus radicaux. Avec la rigidité mentale propre aux néoconservateurs américains, Bremer n’avait eu de cesse de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En bonne voix

Médias
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.