Commerce : Le chantage d’Amazon

le groupe américain fait pression sur des éditeurs pour obtenir d’eux de meilleures marges.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dénoncées par la presse outre-atlantique et les professionnels allemands, les pratiques commerciales d’Amazon s’apparentent à du chantage. C’est ainsi que le groupe américain fait pression sur des éditeurs européens, en allongeant les délais de livraison de leurs livres ou en empêchant les précommandes, pour obtenir d’eux de meilleures marges. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a publié le 28 mai un communiqué pour dénoncer ces manières qui « sont une nouvelle illustration du risque que représente la recherche de position dominante d’Amazon dans tous les pays, au prix de pratiques commerciales agressives et destructrices de valeur pour toute la chaîne du livre ». Et la ministre d’ajouter qu’elle souhaite « que la Commission européenne puisse exercer toute sa vigilance pour prévenir des situations d’abus de position dominante si celles-ci étaient attestées en Europe ». Cela fera-t-il reculer Amazon ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.