Prison inhumaine

La prison de Ducos, en Martinique, a la réputation d’être la pire de France.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La prison de Ducos, en Martinique, a la réputation d’être la pire de France. En juillet, une mission parlementaire conduite par Isabelle Gorce, directrice de l’administration pénitentiaire, alertait le ministère de la Justice, avec un tableau effarant des conditions carcérales. L’Observatoire international des prisons (OIP) a déposé début octobre un référé-liberté devant le tribunal administratif de Fort-de-France pour mettre fin aux « traitements inhumains ou dégradants » dans cet établissement construit en 1996, prévu pour 490 places mais recevant un millier de détenus. Le tribunal a rendu sa décision, imposant des mesures d’urgence : dératisation, nettoyage des cellules, intensification de la distribution des produits d’hygiène, extension de 160 cellules à la fin 2015, livraison de deux parloirs familiaux en décembre et de quatre unités de vie familiale. Des mesures qui en disent long sur l’état de cet établissement, à la fois maison d’arrêt et centre de détention.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.