Transition énergétique : Bon cap, mais où est l’argent ?

En dépit de réelles avancées, la loi de transition énergétique reste fragile et à portée limitée. Le secteur des transports, notamment, est indigent.

La loi votée en première lecture par les députés impose à la France, d’ici à 2030 et en référence à 1990, - 20 % de consommation d’énergie (et - 50 % en 2050), - 40 % d’émissions de gaz à effet de serre (et - 75 % en 2050, objectif déjà inscrit), 32 % de sources renouvelables dans la production d’énergie. La réduction des consommations est une nouveauté importante, acquise contre la volonté des milieux industriels. Cependant, le cap général affiché manque d’ambition, contribuant de 25 à 43 % seulement aux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.