Roumanie : Victoire du candidat anti-corruption

Klaus Iohannis aurait bénéficié d’une mobilisation sans précédent des jeunes.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Victor Ponta, Premier ministre social-démocrate de Roumanie, était le grand favori des sondages pour l’élection présidentielle. Lundi, il a toutefois reconnu sa défaite devant son rival de droite, Klaus Iohannis. Cet homme discret de 55 ans, maire de Sibiu, libéral et protestant dans un pays à majorité orthodoxe, aurait bénéficié d’une mobilisation sans précédent des jeunes. Issu de la majorité allemande, il représente un espoir – ou une illusion ? – pour la population, fatiguée par la corruption endémique du pays. Klaus Iohannis a en effet promis de soutenir le parquet anti-corruption (DNA) et de faire appliquer l’État de droit. Le scrutin était considéré comme primordial dans cette région d’Europe centrale où la démocratie a subi des revers, notamment en Hongrie.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.