Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 5€/mois. :

Politis Web illimité

5 par mois Offre de lancement
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

9 par mois Offre de lancement
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Die Linke prend les rênes d'un Land allemand, une première

Bodo Ramelow, 58 ans, vient d'être élu à la tête du Land de Thuringe, porté par une coalition rouge-rose-verte. Une alliance dont le SPD ne veut toujours pas au niveau fédéral.

Un responsable de Die Linke a été élu ce matin à la tête de la Thuringe (est) , suscitant un débat dans un pays encore marqué par la dictature communiste. Allié aux sociaux-démocrates (SPD) et aux Verts, Bodo Ramelow, 58 ans, ancien syndicaliste d'Allemagne de l'Ouest, un protestant réputé pragmatique, a réussi à passer outre les inquiétudes autour d'un « retour des communistes » dans cette ancienne région de RDA, rassemblant 46 voix sur 91 (28 Die Linke, 12 SPD et 6 Verts). La formation de gauche radicale était arrivée en seconde position des législatives régionales de septembre avec 28,2 % des voix, derrière la CDU (33,5 %).

Bodo Ramelow met fin à 24 ans de règne du parti d'Angela Merkel , qui dirigeait cette région agricole et forestière d'un peu plus de deux millions d'habitants depuis les premières élections libres de 1990. C'est la première fois qu'un responsable de Die Linke, formation née en 2007 d'une alliance entre des héritiers de l'ancien parti communiste est-allemand SED et des déçus du SPD, accède à de telles responsabilités dans un pays fédéral où les Länder disposent d'importants pouvoirs. Même si Die Linke (La gauche) a déjà participé à des gouvernements régionaux, comme actuellement dans le Brandebourg voisin.

Le président de la République, Joachim Gauck , ancien pasteur et militant des droits de l'homme en RDA, est passé outre la neutralité de sa fonction pour faire part de son inquiétude après la victoire de Bodo Ramelow. « Les gens qui ont connu la RDA et appartiennent à ma génération doivent faire un gros effort pour accepter cela » , a-t-il déclaré récemment. À plusieurs reprises, des manifestations ont réuni plusieurs milliers de personnes dans les rues d'Erfurt, la capitale régionale. Ils étaient encore près de 2 000 jeudi soir.
Die Linke, né d'une fusion en 2007 du PDS, héritier du SED, avec les déçus du chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, est régulièrement accusé de ne pas condamner avec assez de fermeté la RDA.
Lire > En Allemagne, Die Linke au pied du mur
Aussi Bodo Ramelow a-t-il salué aujourd'hui son « ami » Andreas Möller, un opposant de Thuringe qui fut emprisonné par le régime, lui demandant « pardon » au nom des anciens communistes. Dans un communiqué, l'Union des associations de victimes de la tyrannie communiste (UOKG) a cependant vivement condamné son élection : « Les vieux camarades du SED et les mouchards de la Stasi (la police politique du régime) sont aux commandes de l’État régional. »

Un programme «pragmatique»

Après avoir prêté serment , le nouveau chef du gouvernement de Thuringe a adopté, dans son discours d'investiture, la devise d'un ancien président de la République fédérale, Johannes Rau (1999-2004) : « Réconcilier plutôt que diviser ». « C'est à cette aune que l'on devra […] me juger » , a-t-il affirmé. M. Ramelow a toujours souligné qu'il avait grandi à l'Ouest et n'avait donc rien à voir avec le régime politique de RDA, qu'il n'hésite pas à dénoncer. Il a commencé une carrière de vendeur à Marburg (Hesse) avant de se lancer dans le syndicalisme dans les années 1980. Cette dernière activité l'a conduit à s'installer en Thuringe en 1990, un an après la chute du Mur, pour doter la région de véritables structures de représentation des salariés. Il est entré au Parlement local en 1999 sous l'étiquette PDS.

Politiquement, M. Ramelow entend se montrer « pragmatique » , d'autant que sa majorité tient à une voix et que son programme de gouvernement est le fruit d'une négociation avec ses alliés. Parmi les mesures emblématiques du contrat de coalition, se trouvent l'embauche annuelle de 500 professeurs, la gratuité de la première année en crèche ou encore l'objectif d'autosuffisance énergétique, sur la base des renouvelables, à l'horizon 2040.

La Thuringe peut-elle faire école ? À gauche, certains aimeraient que la réussite de M. Ramelow puisse aider à détrôner Angela Merkel lors des législatives de 2017 à l'aide d'une coalition similaire dite « rouge-rouge-verte » au niveau national. Depuis les dernières législatives, le SPD, les Verts et Die Linke totalisent 320 sièges au Parlement, soit une majorité de neuf députés sur le parti de Merkel. Un gouvernement d’union de la gauche était théoriquement possible. Mais le SPD l’avait exclu d'emblée, préférant gouverner avec Mme Merkel au sein d'une « grande coalition ».Lire > Allemagne : La grande coalition entre les mains des militantsAujourd'hui, les sociaux-démocrates ne sont toujours pas prêts à franchir le pas. Leur secrétaire générale, Yasmin Fahimi, vient de le rappeler en soulignant que la Thuringe « n'avait rien à voir » avec l'échelon fédéral.


Photo : Prestation de serment de Bodo Ramelow, le 5 décembre 2014 (JENS-ULRICH KOCH / ANADOLU AGENCY).

Haut de page

Articles récents