Le sang bientôt privatisé ?

Un article de la loi Macron concerne le Laboratoire du fractionnement et des biotechnologies.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La loi Macron va-t-elle conduire à privatiser la filière du sang ? Un article de la loi, niché entre l’ouverture du capital des aéroports et celle du groupe d’armement Nexter, concerne le Laboratoire du fractionnement et des biotechnologies. Ce laboratoire, jusqu’alors détenu à 100 % par l’État français, est spécialisé dans la création de médicaments issus du plasma (la partie liquide du sang). Il ferait donc son entrée sur le marché. Trente ans après l’affaire du sang contaminé, l’initiative a de quoi inquiéter… En pointe sur le sujet, la députée Cécile Duflot a accusé Emmanuel Macron de vouloir « la privatisation de l’Établissement français du sang à la place de la ministre de la Santé ». Ce qu’a récusé le ministre. On attend les garanties.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.