« La Cigogne », d'Akram Musallam : Le règne de la division

Dans la Cigogne, Akram Musallam propose une métaphore de la Palestine à travers un personnage obsédé par les cassures.

Il est surnommé la Cigogne à cause de son physique : trop grand, des jambes grêles, des épaules tombantes… Pas vraiment l’allure d’un héros. Mais ce ne sont pas les héros qui intéressent le romancier palestinien Akram Musallam. Chez lui, la vie quotidienne, le passé ensanglanté et les incertitudes du futur suffisent à mettre les habitants les plus discrets dans des situations déchirantes. C’est le cas de la Cigogne. Mais, pour raconter son histoire, Akram Musallam ignore le lyrisme. Il déploie une prose…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.