Véli Korku : Tête de Kurde

D’origine alévie, Véli Korku vit et travaille à Valence depuis douze ans. La préfecture de la Drôme s’obstine à lui refuser un titre de séjour. Récit d’un acharnement.

Le village apparaît sur l’écran du téléphone. « Vous voyez ? C’est haut ! Même en août on met un pull… » Des montagnes, des semblants de maisons… L’image satellite est un peu floue. « Ce sont des ruines. Tout a été brûlé par l’armée. Il ne reste plus personne. C’est un village fantôme. C’est là qu’on voudrait le renvoyer ? » Le cousin de Véli Korku ouvre des yeux ahuris. Assis à côté de lui, Véli continue de regarder l’écran et hoche la tête. Son histoire est celle d’un homme pris au piège de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.