Gérard-Gilles Troc : « La presse quotidienne est morte »

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Extrait de notre hors-série, "où va la presse" - Disponible dès jeudi 4 juin, en
kiosque, sur abonnement et sur
Politis.frEn marge de son hors-série n°62 « Où va la presse ? », Politis est allé à la rencontre de professionnels de la presse (éditeur, rédacteur, secrétaire de rédaction, kiosquier). Ils évoquent la manière dont leur métier a évolué avec le développement d'Internet et des nouveaux médias.

#6 : Gérard-Gilles Troc, kiosquier Dans le métier depuis 30 ans, le commerçant estime, amer, que les quotidiens n’ont plus aucun avenir. Il remet en cause la qualité et l’originalité de leur contenu ainsi que leur prix. Une situation bien différente de l’époque où il débutait.

Illustration - Gérard-Gilles Troc : « La presse quotidienne est morte »


Le hors-série OÙ VA LA PRESSE ? est disponible en kiosque, il peut être également acheté sur notre site ( ici ) ou en téléchargeant Le bon de commande ( ).

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.