Dossier : L'Amour au temps du libéralisme

L’amour au temps du libéralisme

Si intime, si authentique soit-il, le sentiment amoureux est, nous l’affirmons, le produit du bouillon de culture politique, économique et social où nous évoluons. D’une superstructure.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les Grecs anciens avaient trois mots pour désigner l’amour : la « philia » pour l’amour réciproque – l’amitié –, « l’agapè » pour l’amour inconditionnel, l’« éros » pour l’amour physique. Qu’un journal politique s’intéresse aux deux premiers, passe encore ! Qu’il prenne pour sujet de réflexion l’éros, cette passion amoureuse qui fait d’ordinaire les choux gras de la presse dite féminine, voilà qui étonnera plus d’un lecteur de Politis. À travers les évolutions de la sexualité, de l’histoire de la famille et du couple, il s’agit ici d’appréhender ce sentiment impalpable et énigmatique qui – pour reprendre le vers de Louise Labé – « inconstamment [nous] mène », et après lequel, pourtant, n’a de cesse de courir l’Occidental du XXIe siècle. Si intime, si authentique soit-il, le sentiment amoureux est, nous l’affirmons, le produit du bouillon de culture politique, économique et social où nous évoluons. D’une superstructure, en somme. De toute évidence, on n’aime pas de la même façon au Moyen Âge et en 2015, en Nouvelle-Guinée et à New York, et peut-être même dans le maquis corse et le IVe arrondissement de Paris ! Comment se désire-t-on au temps du libéralisme roi ? L’autre est-il devenu une marchandise ? À moins que le don de soi qu’est l’amour ne soit une résistance à la société de consommation… Une manière, peut-être, de s’en émanciper.


Photo : AUTANT EN EMPORTE LE VENT
(1939, Victor Fleming, avec Clark Gable et Vivien Leigh)
Scarlett aime Ashley, le promis de sa cousine, bien sous tous rapports, quand Rhett, plus sombre et sulfureux, n’est que le numéro 2. Mais lui est sous le charme de la propriétaire sudiste au caractère bien trempé. Ils se courent après et se ratent sans cesse. C’est un amour à contretemps.
The Picture Desk/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents