Les structures culturelles à la peine

L’Orchestre national des Pays-de-Loire, l’Espace Malraux de Chambéry, les 152 conservatoires ou encore le Festival du conte de Fumay doivent faire face à une coupe des dotations qui les menace dans leur existence.

Même le Festival d’Avignon a été raccourci de quatre jours cette année. Si les grosses machines sont frappées, dans quel état sont les plus petites ? Moins de festivals, ou qui durent moins longtemps, moins de spectacles programmés, moins d’artistes sur scène, et des scènes qui ferment du fait des baisses de subventions. Le 6 juillet, le département du Nord a annoncé qu’il retirait un million d’euros aux Scènes nationales, structures labellisées et conventionnées pour l’exercice 2016. Comment continuer…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le crime et le rituel

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.