Dossier : Faut-il intervenir en Syrie ?

Faut-il parler avec Assad ?

La focalisation des pays occidentaux sur Daech occulte une partie du drame syrien et sert la cause du régime de Damas, qui a longtemps favorisé le groupe terroriste.

À quoi correspond la décision française d’entamer une campagne de « vols de reconnaissance » au-dessus de la Syrie, suivie de probables frappes sur les positions de Daech ? Beaucoup de commentateurs y ont vu un tournant stratégique. Jean-Pierre Filiu préfère parler « d’ajustement tactique » (voir p. 20). La nuance est d’importance. Dans le premier cas, la décision de lancer une offensive contre Daech en Syrie signifierait ipso facto un rapprochement assumé avec Bachar Al-Assad. Ce serait un tournant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.