Tsipras change de gauche

On connaît les « deux gauches », mais on les avait rarement vues incarnées par un même homme, et dans une séquence aussi courte.

La première fois, il avait été félicité par Mélenchon. Dimanche soir, c’est François Hollande qui s’est hâté de dire à Alexis Tsipras combien sa victoire lui faisait chaud au cœur. Plusieurs figures de la social-démocratie et de la droite européenne se sont ensuite succédé pour encenser le leader de Syriza. Comme s’il fallait célébrer publiquement l’entrée de l’enfant terrible dans la famille des sages. Ceux qui savent que l’austérité est une fatalité et que l’ordre du monde est intangible. Un cérémonial…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.