La patate chaude aux politiques

Dernière grande réunion avant la COP 21, la conférence de Bonn n’a que très peu progressé, laissant l’essentiel du travail aux chefs d’État.

Vaut-il mieux négocier sur un texte court, lisible mais partial, ou bien se coltiner un fatras à rallonge dans lequel la plupart des pays retrouvent leurs points de vue ? La conférence de Bonn, en Allemagne, dernière grande réunion préparatoire au sommet de Paris sur le climat (COP 21) de décembre prochain, a accouché du fatras, et ça n’a pas réjoui Laurence Tubiana, négociatrice française en chef : « Ce n’est pas exactement ce que j’avais espéré pour le début de la conférence de Paris… » À Bonn, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.