À quoi sert le diable

Le FN, qu’il fallait à toute force repousser, aura donc servi à fondre la gauche et la droite dans un chaudron nommé improprement « République ».

Non, tous les chats ne sont pas gris ! Non, tout le monde n’a pas un peu perdu ou un peu gagné, comme nous le suggéraient au lendemain du scrutin la plupart des commentaires. Au contraire, les élections régionales ont livré un verdict aussi clair que cruel. Si on veut bien un instant regarder ce que les politologues appellent les mouvements d’opinion, ces déplacements qui travaillent en profondeur notre société, le doute n’est pas permis. Avec près de sept millions de voix, le parti d’extrême droite a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.