Antiracisme : l’espoir d’un front commun

Alors que les actes racistes et islamophobes se multiplient, il faut dépasser l’opposition entre « universalistes » et « communautaires ».

Samedi 14 novembre, dans la nuit, une voiture s’arrête près d’un restaurant kebab à Cambrai (Nord). Un coup de feu est tiré sur un homme d’une trentaine d’années, touché au dos. Il est d’origine turque, visé pour sa couleur de peau, qui « ne convenait pas au tireur ». Partout sur le territoire, dans la France post-13 novembre, les actes racistes et islamophobes explosent. Vingt-cinq rien que pour les quatre jours suivants les attentats, selon les chiffres de l’Observatoire national contre l’islamophobie du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.