Dossier : Sale temps pour la démocratie

Syrie : deux conflits mais une solution globale

Après la tournée de François Hollande, de Washington à Moscou en passant par des rendez-vous avec David Cameron et Angela Merkel, nous revenons ici sur l’historique de la guerre civile syrienne.

Les États occidentaux ont commencé à s’intéresser vraiment à la tragédie syrienne lorsque des centaines de milliers de personnes ont fui les bombes du régime de Damas et lorsque Daech a exporté la terreur en Europe et au Maghreb. Mais rien n’est compréhensible si l’on ne part pas des origines de cette crise, c’est-à-dire de la volonté d’un peuple de se débarrasser d’une dictature. Certes, depuis quatre ans, le conflit a bien changé, mais il est impossible de revenir à la situation ante, avec Bachar…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.