Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Turquie : Deux journalistes risquent la prison «à vie»

En Turquie, le journalisme est un métier de plus en plus risqué. La justice turque a requis mercredi la prison à vie à l'encontre de deux journalistes, pour un article accusant le régime d'avoir livré des armes aux islamistes syriens.

Incarcérés fin novembre, Can Dündar, rédacteur en chef de Cumhuriyet, et Erdem Gül, chef du bureau du quotidien à Ankara, sont poursuivis pour "espionnage", "divulgation de secrets d'État". Le procureur d'Istanbul a encore alourdi les charges, accusant les deux journalistes de "tentative de coup d'État" et "d'assistance à une organisation terroriste".

Leur faute ? Avoir diffusé des photos et une vidéo de l'interception, en janvier 2014 à la frontière syrienne, de camions appartenant aux services secrets turcs (MIT) et transportant des armes.

Publié en mai 2015, leur article a provoqué la fureur du président Recept Tayyip Erdogan, dont le gouvernement islamo-conservateur a toujours catégoriquement nié tout soutien aux groupes islamistes hostiles au président syrien Bachar al-Assad.

Le chef de l'État, qui a personnellement porté plainte contre les deux journalistes, avait dénoncé une "trahison" et promis à la télévision que ses auteurs allaient en payer "le prix fort".

Celui qui avait envoyé son premier ministre à Paris, le 11 janvier 2015, pour "être Charlie", n'a cessé de s'attaquer à la liberté d'expression, tout au long de l'année.

Lire : Il y a un an, ils se disaient Charlie...


Photo : Manifestation à Istanbul le 27 novembre 2015 pour dénoncer l'arrestation, la veille, des deux journalistes de Cumhuriyet. (OZAN KOSE / AFP)

Haut de page

Voir aussi

Articles récents