L’école du Chemin des Dunes est-elle sauvée ?

Ingrid Merckx  • 19 février 2016
Partager :
L’école du Chemin des Dunes est-elle sauvée ?

L’information est succincte, diffusée par Solidarité laïque le 18 février au soir : l’école laïque du Chemin des Dunes dans la jungle de Calais sera finalement « préservée de la destruction ».

Un « dialogue positif » aurait été noué avec le sous préfet et l’inspection académique. En attendant de pouvoir donner plus de détails, l’association assure qu’elle suivra, avec l’ensemble des partenaires de la société civile, « la mise en œuvre des mesures évoquées ».

Inaugurée le 6 février dans la jungle de Calais, cette école à destination des migrants enfants et adultes était menacée par le projet d’évacuation de la partie sud du camp.

Le 12 février, la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, avait en effet annoncé qu’elle laissait une semaine au millier d’habitants de cette partie du camp pour vider les lieux. L’école neuve devait être rasée.

Si l’école est sauvée, le camp devrait néanmoins être partiellement évacué le 22 février. Mais « Les autorités ne sont pas prêtes pour faire une expulsion », a déclaré Jean-Francois Corty de Médecins du Monde (France info). Et les Centres d’accueil et d’orientation (CAO) créés pour les migrants sont encore très mal organisés.

Plusieurs organisations comme Emmaüs France, le Secours catholique, le Secours islamique, la Cimade, la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS), Médecins du monde, ATD quart-monde et le Comité catholique contre la faim et pour le développement-Terre solidaire (CCFD-Terre solidaire) sont contre cette évacuation. Dans une lettre de deux pages elles expliquent leur « profonde opposition à ce projet qui ne s’accompagne pas, à ce jour, de véritables solutions alternatives ».

Lire > Calais : «Ouvrons les frontières !»

Lire > Grande-Synthe, l’autre Calais

Lire > En 2015, plus de 60 millions de réfugiés sur les routes

Police / Justice
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre
Maintien de l'ordre 15 février 2024

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre

INFO POLITIS. Les forces de l’ordre vont bientôt être dotées de nouvelles grenades, dont deux au rayon des « assourdissantes ». Leur intensité sonore est susceptible de provoquer de graves séquelles. De plus, certaines projetteraient des fragments vulnérants. Politis a mis la main sur des informations exclusives… et inquiétantes !
Par Maxime Sirvins
Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés
Violences 12 janvier 2024

Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés

Le commissaire Rabah Souchi comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lyon les 11 et 12 janvier. Il lui est reproché d’avoir ordonné à Nice, en 2019, une charge policière ayant causé de graves blessures à la manifestante Geneviève Legay.
Par Oriane Mollaret
« Affaire du 8 décembre » : l’inquiétante condamnation de militants comme terroristes
Justice 22 décembre 2023

« Affaire du 8 décembre » : l’inquiétante condamnation de militants comme terroristes

Au terme d’une audience lunaire ce vendredi, les sept « accusés du 8 décembre » ont été condamnés pour association de malfaiteurs terroriste. Malgré l’absence de projet concret, et au prix d’une jurisprudence dangereuse.
Par Nadia Sweeny
« Oui, c’est un immense camouflet pour le garde des Sceaux »
Justice 20 décembre 2023

« Oui, c’est un immense camouflet pour le garde des Sceaux »

Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), saisi par Éric Dupond-Moretti, a réaffirmé le 14 décembre la liberté fondamentale d’expression syndicale des magistrats. Kim Reuflet, présidente du Syndicat de la magistrature, visé par le ministre, réagit à cet avis passé inaperçu.
Par Nadia Sweeny