Ces socialistes qui disent non

Bien au-delà des rangs des habituels frondeurs, le projet de loi El Khomri indispose de nombreuses sections et fédérations socialistes, qui n’hésitent plus à le faire savoir.

« Trop, c’est trop. » En titrant ainsi sa tribune, publiée dans Le Monde du 25 février, Martine Aubry a su traduire l’exaspération de nombreux militants socialistes choqués par l’avant-projet de loi de réforme du code du travail. Le 5 mars 2013, ils n’étaient que trois parlementaires, Marie-Noëlle Lienemann, Jérôme Guedj et Pascal Cherki, à s’afficher au départ de la manifestation convoquée par la CGT, FO et Solidaires, contre l’accord national interprofessionnel (ANI) sur la compétitivité et la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.