Olivier Cadiot : Écrire, disent-ils…

Olivier Cadiot fait la peau aux poncifs et ouvre des perspectives sur l’inconnu.

Olivier Cadiot vient d’écrire ses Lettres à un jeune poète. En beaucoup plus drôle. Parce qu’il y mêle du Bouvard et Pécuchet. La littérature ? « C’est moins bien qu’avant, ah, c’est terminé. » Son âge d’or ? Olivier Cadiot ironise sur ce moment improbable « où les gens lisaient toute la journée à voix haute des livres splendides dédiés à tout le monde en se congratulant ». Ce n’est plus ça de nos jours, n’est-ce pas ? « “Il vaut mieux être mort que démodé”, disait un écrivain anglais d’autrefois. Pensez-y…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.