« Shadow Days », de Zhao Dayong : Les fantômes du passé

Shadow Days, de Zhao Dayong, montre l’atmosphère délétère qui règne dans une province chinoise reculée.

Les nouvelles que le cinéma nous donne de l’état de la Chine ne sont pas reluisantes. Mais, dans le même temps, le cinéma chinois, en particulier celui qui ne se soumet pas au visa de censure – ce qui l’écarte des salles dans tout le pays –, s’avère en grande forme. Après le fantastique premier long métrage de Bi Gan, Kaili Blues, sorti la semaine dernière, voici Shadow Days, le second film de fiction de Zhao Dayong, plus classique dans sa forme mais pas moins singulier dans sa capacité à suggérer une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents