Île-de-France : la droite s'attaque au logement social

La région dirigée par Valérie Pécresse ne veut plus contribuer au financement des logements sociaux dans les communes qui en ont déjà plus de 30%. Élus, maires et habitants des villes populaires protestent contre cette décision.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est une décision qui signe «l’enterrement du logement social», estime la socialiste Gilbert Cuzou. Désormais présidée par Valérie Pécresse (LR), la région Île-de-France a décidé de mettre fin au financement des logements sociaux dans les communes qui ont déjà 30% de logements attribués aux ménages les plus modestes (PLAI, dit logements «très sociaux») et aux classes moyennes modestes (PLUS). Au nom de la mixité sociale, la droite prétend ainsi vouloir «casser les ghettos et éviter d’ajouter de la pauvreté à la pauvreté».

Si la nouvelle majorité régionale prétend répondre à des promesses électorales, Patrice Leclerc parle d’une délibération «injuste» qui «pénalise la construction de logements sociaux» alors que des milliers de personnes attendent une attribution de logement, notamment dans les communes qui sont déjà au-delà de ce seuil imposé. Indigné de cette décision votée fin mars, Patrice Leclerc a donc appelé à un rassemblement devant le Conseil régional, à Paris, où de nombreux élus et habitant se sont rendus. Jeudi 7 avril, quelques deux cent personnes ont répondu à cet appel.

Une pétition adressée à la Présidente de la région, Valérie Pécresse, a été mise en ligne par le maire de Gennevilliers. Celle-ci, intitulée «Région Ile-de-France: laissez-nous construire des logements Sociaux», détaille les «sept raisons» de s’opposer à cette «décision idéologique qui va aggraver la crise du logement». Patrice Leclerc dénonce un dispositif «anti-ghettos» qui stigmatise «70% de la population d’Ile-de-France éligible au logement social de par leur revenu».


Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.