« La Forêt de Quinconces », de Grégoire Leprince-Ringuet : Le jeune homme et les sortilèges

Un premier film aux dialogues versifiés qui tombe sur la planète cinéma comme un astéroïde.

Deux amoureux, Paul (Grégoire Leprince-Ringuet) et Ondine (Amandine Truffy), badinent dans un parc. Soudain, le garçon entraîne la jeune fille dans une course en la prenant par le bras, mais il va trop vite, trop fort. Ondine trébuche. Paul est toujours excessif, lui reproche-t-elle. C’est pourtant la qualité de La Forêt de Quinconces, le premier film de Grégoire Leprince-Ringuet, qui tombe sur la planète cinéma comme un astéroïde. Un film qui va bien au-delà de la production courante : les dialogues y…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.