Vers un sursis de 18 mois pour le glyphosate

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La Commission européenne a annoncé, mercredi 1er juin, qu'elle proposera aux États membres une prolongation provisoire de 12 à 18 mois concernant l'autorisation du glyphosate en Europe, l'herbicide le plus répandu dans le monde. Le temps d'obtenir de nouvelles données scientifiques, notamment auprès de l'Echa, l'Agence européenne des produits chimiques en charge de la classification des substances, qui doit publier une étude sur le glyphosate en 2017. Cette proposition sera débattue lors d'une réunion, lundi 6 juin et devra obtenir la majorité qualifiée pour être adoptée. Le consensus est vivement souhaité car l'autorisation actuelle de la substance expire à la fin du mois de juin.

À lire >> Dernier round pour le glyphosate

La controverse autour des effets sur la santé du glyphosate, la substance active des pesticides comme le Roundup, anime les débats des instances européennes depuis plus d'un an. Bruxelles s'appuie sur l'étude de l'Efsa, l'Agence européenne de sécurité des aliments, qui juge le risque cancérogène «improbable» tandis que le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée de coordonner les recherches sur le cancer, a affirmé le contraire.

À lire >> Le casse-tête sur le glyphosate continue

Le commissaire européen chargé de la Santé et de la Sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, a rappelé que la décision finale de commercialiser ses pesticides contenant du glyphosate sur chaque territoire national est entre les mains de chaque État membre. «Les États membres n'ont pas besoin de se cacher derrière une décision de la Commission», a-il-lancé. Ségolène Royal, ministre française de l’Écologie, a aussitôt réitéré son opposition sur Twitter.

La Commission a par ailleurs précisé préparer une deuxième proposition visant à «minimiser» l'utilisation du glyphosate dans les jardins, parcs et aires de jeux publics ainsi que dans les champs dans la période qui précède la récolte. Ces limitations étaient réclamées non seulement par le Parlement européen mais aussi par Greenpeace UE.


Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.