Gabon : la peur de la crise

Les deux camps revendiquaient mardi la victoire à l'élection présidentielle.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Personne n’a oublié la terrible crise ivoirienne de 2010, quand les deux candidats à l’élection présidentielle avaient revendiqué la victoire. Certains observateurs redoutaient un scénario comparable pour le Gabon, qui attendait fiévreusement, mardi, le résultat du scrutin du 27 août. Opposant tardif au clan Bongo, Jean Ping, 73 ans, affirmait avoir remporté l’élection, ce que contestait le sortant, Ali Bongo, héritier d’une famille au pouvoir depuis près de cinquante ans. Des forces de police et des camions équipés de canons à eau avaient pris position, mardi midi, aux abords des locaux de la commission électorale. Les partisans de Jean Ping, sûrs de la victoire de leur chef de file, avaient fait savoir qu’ils n’accepteraient pas d’autre verdict. Une épreuve de plus pour une population pauvre dans un pays riche, ravagé par la corruption.


Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.