Politis soutient l’Auberge des migrants

Pour chaque abonnement, 5 euros seront reversés à l’association.

Laurent Laborie  • 27 octobre 2016
Partager :
Politis soutient l’Auberge des migrants
© Jack Taylor/Getty Images/AFP

À l’issue du démantèlement du bidonville de Calais, il restera plus de deux mille migrants sur les différents sites du ­Calaisis, d’autres encore rejoindront la région dans les semaines qui viennent, dans l’espoir de traverser la Manche pour retrouver leur famille. La dispersion de Calais, si elle est annoncée comme « humanitaire », ne saurait en rien résoudre une situation globale. Mais l’opération détournera les regards, alors que la situation à venir s’annonce déjà bien plus inquiétante qu’elle ne l’est aujourd’hui.

Après s’être engagé au côté de la Cimade, du DAL et de la Ligue des droits de l’homme, ­Politis soutient aujourd’hui ­l’Auberge des migrants, une association très active auprès des réfugiés à Calais et à Grande-Synthe. Politis traite régulièrement de la question des réfugiés. Nos journalistes sont sur le terrain pour rendre compte d’une situation toujours plus alarmante, du travail des associations ou de l’engagement de centaines de citoyens. Politis vous invite aujourd’hui à participer. En vous abonnant, ou en abonnant un ami, vous permettrez au journal de reverser 5 euros à l’Auberge des migrants. Cet engagement solidaire contribuera à la poursuite et au renfort de l’action de l’association en faveur des réfugiés.

Le camp de Calais accueillait 350 réfugiés en janvier 2014, et jusqu’à 9 000 au moment de l’évacuation. Demain, ils seront de nouveau des milliers, et dans des conditions encore plus difficiles. En lien avec deux autres associations indépendantes et engagées, Utopia 56 et son homologue britannique Help Refugees, l’Auberge des migrants prépare et distribue des milliers de repas, elle collecte tentes et sacs de couchage, vêtements, produits d’hygiène, bois de chauffage et de cuisson. L’association a également participé à la construction d’abris, de cuisines et d’espaces de vie collectifs. Aujourd’hui, les besoins se multiplient alors que les aides publiques se réduisent. Le nombre de bénévoles a chuté en raison notamment de la destruction partielle du bidonville, laissant croire à une résolution de la situation, alors même que les différents conflits ne cessent de jeter sur les routes un nombre toujours plus important de réfugiés.

Créée en 2008, l’Auberge des migrants est une association reconnue d’utilité publique. Aujourd’hui, elle a un besoin impératif de matériel. Notamment pour louer ou acheter des fourgons afin d’assurer l’approvisionnement alimentaire, mais aussi pour effectuer le transport des équipes entre Calais et Grande-Synthe ou, parfois, aller récupérer des réfugiés égarés. En vous engageant dès maintenant auprès de l’Auberge des migrants, vous participerez à ce mouvement de solidarité et vous soutiendrez Politis dans la poursuite de son action de terrain, indispensable pour vous délivrer chaque semaine, en toute indépendance, un autre regard sur l’actualité.

Offrez un autre regard sur l’actualité, offrez Politis ! (ici) / cadeaupolitis.pdf

Société
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Loi immigration : « Ces décrets fragilisent des personnes déjà en situation de vulnérabilité »
Entretien 18 juillet 2024 abonné·es

Loi immigration : « Ces décrets fragilisent des personnes déjà en situation de vulnérabilité »

Marie-Christine Vergiat, ex vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), critique sévèrement la publication de plusieurs décrets relatifs à la « loi Darmanin » votée en décembre, la veille de la démission du gouvernement.
Par Tristan Dereuddre
Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »
Reportage 17 juillet 2024 abonné·es

Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »

Au rassemblement organisé le 16 juillet à Paris, les personnes trans proches de Géraldine, 30 ans, tuée dans la nuit du 8 au 9 juillet, ont témoigné des violences et des propos transphobes qu’elles subissent au quotidien.
Par Hugo Boursier
Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc