Procès des anti-pub : Les Déboulonneurs de Paris plaident « l’état de nécessité »

Le Collectif des Déboulonneurs a fêté son 22ème procès au niveau national ! Une énième procédure que les anti-pub estiment « nécessaire » pour permettre l’émergence d’un débat démocratique sur les effets de la publicité sur l’environnement, la santé et notre société toute entière.

Chloé Dubois (collectif Focus)  • 12 octobre 2016 abonné·es
Procès des anti-pub : Les Déboulonneurs de Paris plaident « l’état de nécessité »
© Photo transmise par le Collectif des Déboulonneurs

Quelques heures avant le procès de ce mardi 11 octobre, les sept prévenus se retrouvent au Bistrot Eustache, dans le premier arrondissement de Paris. À leurs côtés, quelques soutiens ont fait le déplacement pour assister à la conférence de presse et partager leurs revendications. En revanche, peu de journalistes sont présents. « Mais nous savons que parler des anti-publicitaires relève davantage de l’initiative personnelle des journalistes », souffle Raphaël. J, l’un des accusés, évoquant « les liens qu’entretiennent les rédactions avec les publicitaires et les industriels ».

Lorsque nous écrivons un communiqué, beaucoup de rédacteurs nous répondent qu’ils ont d’autres priorités, poursuit Élise, également convoquée au tribunal. Pourtant, nous démontrons que la publicité contribue à l’amplification des problèmes sociaux et écologiques, se faisant la vitrine d’un modèle de destruction.

Comme eux, cinq autres déboulonneurs ont été accusés de « groupement en vue de préparer ou de commettre des dégradations » et de « dégradation de panneaux publicitaires au préjudice de la SNCF », suite à l’action pacifiste de « barbouillage » des écrans publicitaires de la gare de Lyon, organisée le 2 mai 2015. Parmi eux, cinq barbouilleurs, un distributeur de tracts, et un porteur de mégaphone.

Interpellés par la police et la sûreté ferroviaire, les militants anti-pub ont finalement été convoqués mardi après-midi au tribunal correctionnel de Paris. En l'absence de plainte de la SNCF, ils y étaient poursuivis par l’État.

Si les peines requises par la procureure de la République n’excèdent pas les 400 euros (la peine la plus lourde a été demandée à l'encontre du porteur de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre