« Gimme Danger », de Jim Jarmusch : Puissance brute

Dans Gimme Danger, Jim Jarmusch retrace, avec Iggy Pop, l’épopée d’un des plus grands groupes de rock : les Stooges.

Qu’y a-t-il de commun entre Paterson, le personnage (de fiction) du film éponyme [1], taiseux et poète, inscrivant sa vie dans une douce et banale quotidienneté, et Iggy Pop, leader des Stooges, dont Gimme Danger retrace l’histoire ? Quelque chose d’irréductible et de résolu : le feu d’un langage, par les mots pour le premier, par la musique (celle de la voix, des mots et du corps) pour le second. Ce qui est délectable chez Jim Jarmusch, c’est que son approche de telles singularités, qui pourrait induire…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.