Bertrand Leclair : L’angoisse de séparation

Dans Perdre la tête, Bertrand Leclair insuffle à une histoire de trahison amoureuse un rire touchant au grotesque.

Wallace, un Français vivant à Rome parce que sa femme, Hannah, y travaille momentanément, est allongé dans une chambre d’hôpital, un genou explosé. Giulia, sa jeune maîtresse, en état de panique, lui a donné rendez-vous, a sorti un révolver et tiré. Justification invoquée : elle veut ainsi éviter à Wallace d’être la victime des agissements de son mari, riche collectionneur d’art qu’elle soupçonne d’être en lien avec la mafia. Gravement handicapé depuis un accident de moto, cet homme aurait projeté de faire…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.