[POLITIS 30 ANS] 11 mars 1993 : pour la parité

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


En 1993, Politis ne paraissait plus que sous la forme d’une maigre lettre de 16 pages. Mais, le 11 mars de cette année, trois jours après ce qu’il appelait la « Journée internationale des femmes », Bernard Langlois consacrait son édito à une anomalie bien française : les femmes, « 53 % du corps électoral », ne constituaient que « 5,7 % de la représentation parlementaire (Sénat + Assemblée nationale) ». « Au Palais-Bourbon, elles ne sont que 33, sur 577 députés élus en 1988 », notait-il, déplorant que le scrutin annoncé à la fin de ce même mois allait encore accoucher d’« un des Parlements les plus dérisoirement couillus de l’après-guerre », plaçant notre pays à l’avant-dernier rang européen. Face à un univers politique « très largement phallocrate », le fondateur de Politis faisait « le pari » que la parité, dont la revendication venait d’être réactivée, « sera[it] le grand débat des dix prochaines années, et qu’on finira[it] par l’imposer ». Le 6 juin 2000, la loi sur la parité en politique était promulguée.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.