Islamophobie made in France

L’islamophobie, ce racisme qu’on cache bien commodément sous le mot de « laïcité », s’expose plus que jamais au grand jour.

On ne sait jamais quand et comment ces choses-là commencent. L’islamophobie, ce racisme qu’on cache bien commodément sous le mot de « laïcité », s’expose plus que jamais au grand jour. Vendredi 11 octobre, une femme voilée accompagnant une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a été violemment prise à partie par le frontiste Julien Odoul. « Nous sommes dans un bâtiment public […], madame a tout le loisir de garder son voile chez elle, dans la rue, mais pas ici ! », a-t-il attaqué. Les images ont choqué, mais pas au point d’alerter les esprits et les consciences sur leur gravité. Le lundi, le tout frais émoulu président des Républicains, Christian Jacob, interpelé sur France Inter par un auditeur qui lui reprochait de n’avoir, « à aucun moment, fait référence à la loi qui autorise les mamans voilées à accompagner les enfants en sortie scolaire », s’est réfugié, mal à l’aise, derrière l’« ambiguïté de la loi ». Bien sûr, c’est la loi qui est ambiguë, pas les discours xénophobes qu’on nous sert depuis des décennies !

Il reste 59% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.