Yoshiharu Tsuge : Point de fuite

Exposée à Angoulême et éditée en anthologie par Cornélius, l’œuvre autobiographique de Yoshiharu Tsuge s’impose en France.

Le papier est fin, jauni. Des traces de scotch parsèment les contours. Une annotation entre parenthèses, des cadres à la règle et au crayon à papier, des croix pour repères de coupe et le numéro de la page renforcent le cadre de cette planche originale. C’est la première de La Vis, nouvelle de Yoshiharu Tsuge qui, en 1968, va révolutionner le manga japonais. Loin de détourner l’attention, ces détails concrets l’aiguisent. Le regard est saisi par celui du jeune homme à la silhouette visiblement collée après…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.