« Le pacte du nucléaire pas cher ne tient plus »

La fermeture d’un premier réacteur et le fiasco de l’EPR fragilisent tout projet de relance de l’atome civil en France et mettent la stratégie d’EDF sous pression, analyse Yves Marignac.

Le 22 février, à la centrale de Fessenheim, la plus vieille du parc, un réacteur nucléaire va s’arrêter. Ni incident ni maintenance, mais une décision politique dictée par la loi de transition énergétique. C’est une première en France. EDF, qui peine à envisager un avenir sans nucléaire, a vu son plan de démantèlement de Fessenheim recalé pour insuffisance par l’Agence de sûreté nucléaire (ASN). C’est le début de la fin pour la centrale de Fessenheim. Un coup dur pour la filière ? Yves Marignac : Le…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.