Des sabots et des ailes

Avec Falaise, la compagnie franco-catalane Baro d’evel signe un beau et sombre ballet pour huit hommes et femmes, un cheval et une nuée de pigeons. Tout un monde en plein vertige.

Ç a va bien se passer. » Prononcée par Camille Decourtye à l’issue d’un court prologue joué devant un grand rideau noir tendu devant la scène, cette phrase a priori toute simple nous introduit d’emblée dans l’univers de Falaise. Connue pour son art de la fusion entre cirque équestre, danse et acrobatie, la compagnie franco-catalane Baro d’evel y prend un tournant narratif inédit. Second volet d’un diptyque qui s’est ouvert avec Là, interprété par l’actrice, auteure, chanteuse et metteuse en scène citée…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents