Solidarité avec les migrants : Défense de secourir

Amnesty International publie un rapport sur les abus législatifs des pays européens et la criminalisation des ONG et des personnes venant en aide à des réfugié·es.

Deux ans de travail, de rencontres et d’observations ont été nécessaires aux équipes d’Amnesty International pour élaborer ce rapport aussi dense que poignant intitulé « Compassion sanctionnée : la solidarité devant la justice au sein de la forteresse Europe ».L’objectif : dénoncer les abus législatifs, les méthodes des gouvernements et la criminalisation des personnes et des ONG solidaires des exilé·es. Le rapport se focalise sur des cas de défenseurs et défenseuses des droits humains poursuivi·es pour des motifs fallacieux entre 2017 et 2019 dans huit pays : Croatie, Espagne, France, Grèce, Italie, Malte, Royaume-Uni et Suisse. Car si, dans les discours officiels, l’Europe s’affiche comme une fervente protectrice des droits humains, la réalité est tout autre lorsqu’il s’agit des personnes migrantes et de ceux et celles qui osent les accueillir avec dignité.

Même s’il est difficile d’obtenir des chiffres, les témoignages s’accumulent dans toute l’Union européenne. En juin 2019, une étude de ReSOMA, plateforme européenne de recherches sur la migration et l’asile, évoquait 49 enquêtes et procès en cours dans onze pays membres de l’UE, soit 158 personnes poursuivies en justice pour avoir porté assistance à des personnes migrantes ou réfugiées.

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.