Confinement : Le feuilleton cyber punk d'Otomo de Manuel

Notre Voyage autour de nos chambres #24 vous emmène à la rencontre de deux couples pas comme les autres : les Warhol et les Almodovar créés par Otomo de Manuel, acteur de la scène fétiche, kinky et queer, et Sagesse, sa compagne. Détournant l’usage des réseaux sociaux, ils tiennent depuis le début du confinement une Chronique d'un nouveau monde aux allures de feuilleton pop et queer. Réenchanteur.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les Warhol sont nés un dimanche pas si lointain, mais qui nous semble déjà appartenir à une autre époque. C’était, rappelez-vous, un jour d’élections municipales. Le 16 mars 2020 donc, l’acteur de la scène fétiche et queer Otomo de Manuel et sa compagne, Sagesse, sortent voter avec un masque à gaz et des combinaisons moulantes – rose fluo pour lui, pour elle violet métallique, style super héros. Accompagnée d’un bref dialogue, la photo qu’ils postent sur Facebook rencontre un succès aussi vif que dans les rues. C’est le début de leur journal-feuilleton intitulé Chronique d’un nouveau monde, où ils s’inventent un quotidien fait de jeux et de discussions étranges où leurs voisins, les Almodovar, tiennent une place centrale. Eux aussi tiennent d’ailleurs leur carnet de bord 2.0…

© Politis

Héros de la toile

Depuis début avril, les aventures d’appartement des deux couples sont rassemblées sur un blog, qui nous permet d’en dévorer facilement tous les épisodes. L’anonymat des œuvres dit beaucoup de la démarche initiée par Otomo de Manuel avec Sagesse, dentiste de profession, et ses complices qui n’ont rien d’espagnol : la metteure en scène, comédienne et performeuse Karelle Prugnaud et l’écrivain et metteur en scène Tarik Noui. Tous masqués – pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté quant à leur fétichisme, les Almodovar ont accroché des chaussures à des masques d’escrime –, les quatre protagonistes entendent détourner les usages habituels des réseaux sociaux. Loin des selfies et compagnie, leur théâtre-photo aborde à travers des choix esthétiques bien marqués la situation qui nous touche tous. Il est « cyber punk ».

© Politis

Les amours au temps du corona

L’humour, l’absurde sont au cœur de la tentative du réenchantement de l’époque d’Otomo de Manuel, qui juge « la sphère informationnelle suffisamment anxiogène pour qu’il y ait besoin d’en rajouter ». Pops et queer du côté des Warhol, plus baroques chez les Almodovar, les Chroniques ne prêtent toutefois pas seulement à rire ni à se rebeller contre l’emprise des réseaux sociaux. Derrière leur légèreté façon fanzine, elles abordent bon nombre de questions. Écologiques bien sûr – tout l’univers visuel des amoureux barrés est le fruit d’une grande récup et transformation permanente d’un espace limité –, mais aussi sociaux et politiques. Les couples parlent masques, chloroquine, saturation des hôpitaux… Si bien que leur allure et leurs occupations décalées semblent presque naturelles. Au temps du corona, on fait de la psychomagie, on aguiche Dieu avec des tenues affriolantes, on s’invente chaque jour un genre... Et alors ?

© Politis

Lire aussi : En avant la poésie !

Pour lire tous les articles de la série : #AutourDeNosChambres

(Crédits photos : Tarik Noui et Karelle Prugnaud ; Otomo de Manuel et Sagesse ; Tarik Noui et Karelle Prugnaud)


Photos : Tarik Noui et Karelle Prugnaud ; Otomo de Manuel et Sagesse ; Tarik Noui et Karelle Prugnaud

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents