En avant la poésie !

Notre Voyage autour de nos chambres #23 vous propose une immersion sélective dans les turbulents méandres de la poésie sur internet – à lire, à voir ou à écouter.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


P oésie » n’est certes (hélas) pas le premier mot qui vient à l’esprit lorsqu’on se balade à travers internet… Pourtant, vivante et stimulante, d’hier ou d’aujourd’hui, la poésie existe bel et bien dans cet univers parallèle devenu temporairement ( ?) notre principal espace social à cause d’un minuscule petit virus de rien du tout.

Ardents remue-méninges

Pour commencer, dirigeons-nous vers La Maison de la Poésie (à Paris), qui égrène généreusement vidéos, podcasts et autres gâteries via Facebook ou la plateforme Soundcloud durant la période de confinement.

Autre précieux refuge en ces temps d’isolement contraint, le Centre International de Poésie de Marseille (cipM) met à disposition une partie de ses archives via Soundcloud, cette initiative s’inscrivant dans un (fort louable) projet de numérisation progressive desdites archives. L’on peut déjà se frictionner les neurones au contact d’ardents remue-méninges tels que Christophe Tarkos, Nathalie Quintane, John Giorno, Bernard Heidsieck ou Véronique Breyer – qui interprète un Lever les murs on ne peut plus opportun.

Trésors sonores

Toujours à Marseille, Montevideo, lieu de création pluridisciplinaire très dynamique, propose chaque semaine via Facebook une lecture ou performance filmée. L’on peut ainsi notamment voir et entendre Anne-James Chaton, lequel – lisant un texte en cours d’écriture – évoque les Italiens et les Américains à sa si singulière façon : laconique, métronomique et subtilement caustique.

Inépuisable malle aux trésors sonores, France Culture offre bien sûr d’abondantes ressources en matière de poésie – qu’il s’agisse de documentaires, d’entretiens, de lectures ou de créations radiophoniques. L’occasion, par exemple, de (re)découvrir la vie et l’œuvre de Raoul Ponchon, auteur français du XIXe siècle qui buvait (sauf de l’eau) au moins autant qu’il écrivait (et il écrivait beaucoup). On lui doit l’immortel « Quand mon verre est plein, je le vide et quand mon verre est vide, je le plains. »

Arte Radio n’est pas en reste et propose aussi de petites capsules de poésie, fictions ou documentaires, notamment deux courts documentaires consacrés à Charles Pennequin et Jean-Michel Espitallier.

De leur côté, les sites Poezibao et Sitaudis suivent au plus près l’actualité de la poésie, Poezibao délivrant un « fil utile pour confinés » qui recense au quotidien diverses réjouissances culturelles en ligne.

Enfin, parmi les nombreuses revues françaises de poésie sur internet, signalons Catastrophes, dont tous les numéros sont téléchargeables gratuitement en pdf – le dernier en date proposant un substantiel dossier sur les rapports entre poésie et cinéma.

Lire aussi : Le XVIIIème siècle de Stanley Kubrick

Pour lire tous les articles de la série : #AutourDeNosChambres


Haut de page

Voir aussi

Articles récents