Hongkong : « Nous nous battrons jusqu’à notre dernier souffle ! »

Avec la loi de « sauvegarde de la sécurité nationale », Pékin affiche sa volonté de mettre le territoire au pas. La détermination des opposants à cette mainmise autoritaire ne cesse de croître.

C ’est bon ! Je suis saine et sauve », écrit Natalie Le* sur Telegram, l’application de messagerie cryptée. Il est minuit passé, heure locale à Hongkong, ce mercredi 27 mai : la jeune femme de 25 ans vient de rentrer chez elle après une journée mouvementée. Un peu plus tôt, elle défilait avec des milliers d’autres manifestants dans les rues de l’ancienne colonie britannique pour protester contre une loi sur « la sauvegarde de la sécurité nationale dans la région administrative spéciale » imposée par Pékin. Depuis la rétrocession de Hongkong en 1997, c’est le pire coup porté au principe « un pays, deux systèmes », en vertu duquel est théoriquement garantie une large autonomie à la métropole jusqu’en 2047. De même que ses habitants jouissent de libertés de presse, d’expression, de manifester, entre autres, inconnues en Chine continentale.

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents