Après un suicide, les étudiants dénoncent la précarité et la misère

Doona, 19 ans, étudiante transgenre, a mis fin à ses jours le 23 septembre. Outre la transphobie, elle subissait de plein fouet la précarité, comme des milliers d’autres jeunes des universités.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’était il y a presque un an. Anas, étudiant en science politique à l’université Lumière de Lyon, s’immole devant le Crous. Un geste désespéré pour dénoncer sa très grande précarité et celle de nombreux autres étudiants. Le 30 septembre, c’est aussi devant le siège social du Crous de Lyon-Saint-Étienne que syndicats et étudiants se sont rassemblés en hommage à Doona. « Je vous hais. Je me hais. (…) Je reviendrai vite, ou pas », avait-elle écrit dans un dernier tweet avant de commettre l’irréparable. Étudiants et syndicats dénoncent aujourd’hui la transphobie institutionnelle et la précarité étudiante. « On ne se sent absolument pas soutenus, ni écoutés », explique Aaron, étudiant trans présent au rassemblement.

« À 19 ans, on devrait avoir la vie devant soi »

Ses amis la décrivent comme une personne passionnée de jeux vidéo et toujours présente pour ses « sœurs ». Doona, 19 ans, était étudiante en licence de psychologie à l’université Paul-Valéry à Montpellier 3. Selon Daria (1), une de ses amies, Doona était victime de transphobie, sans compter sa situation précaire. « Elle était mégenrée, appelée “il” à la place de “elle” », explique-t-elle. Une situation pesante pour Doona qui, en raison de ses précédentes tentatives de suicide, était suivie par les services du Crous. Après une autre tentative de suicide, « il lui aurait été dit, lors de la réunion de ce mercredi 23 septembre, soit quelques heures avant son suicide, qu’elle ne pouvait pas recommencer sous peine d’être expulsée de son logement », explique le Syndicat de combat universitaire de Montpellier (Scum), dans un courrier adressé à la direction du Crous. Ils accusent l’établissement de ne pas avoir suffisamment pris en considération la détresse psychologique et la précarité de l’étudiante.

Devant les portes du Crous, une urne a été déposée en hommage à Doona pour que chacun puisse y déposer des mots. « Crous responsable ! État coupable ! », scande la foule. Ils dénoncent les agissements transphobes de l’administration. Contacté, le Crous de Montpellier a répondu que « l’établissement est plus que jamais convaincu de la nécessité d’accompagner les étudiants en difficulté quelle que soit leur situation ».

La précarité étudiante tue encore

Selon une étude menée en 2019, près de 20 % des étudiants vivaient sous le seuil de pauvreté. « Un tiers des étudiants touche des aides sociales ce qui signifie que deux tiers sont obligés de se salarier », explique Helno Eyriey, vice-président de l’Unef. Avec la crise sanitaire, la situation a empiré laissant des étudiants en situation de précarité extrême. Certains ont perdu leur emploi, leur seule source de revenu. Helno Eyriey détaille :

Les étudiants précaires sont abandonnés à eux-mêmes, sous-alimentés, sans sources de revenus mais les loyers ne sont pas exonérés.

En réponse à cela, le Crous propose depuis la rentrée des repas à 1 euro pour les étudiants boursiers, et les bourses ont augmenté de… 1,17%. « Des mesures insuffisantes » pour l’Unef, qui réclame une réelle augmentation des bourses ou encore des logements adaptés aux étudiants. « Doona ne voulait plus aller au Crous sauf qu’avec une bourse à moins de 500 euros, c’est impossible de trouver un logement et c’est encore plus difficile d’être accepté lorsqu’on est trans », explique son amie Daria.

Des loyers non exonérés alors que certains étudiants vivent dans des chambres universitaires insalubres : des chambres infiltrées d’insectes, des moisissures, des toilettes délabrées, des chauffages qui ne fonctionnent pas. « Ce ne sont pas des conditions de vie décentes », s’insurge Daria. Selon le Scum, Doona avait été menacée d’expulsion. « Le bail en logement Crous n’est pas un bail de droit commun, ils ont le droit d’expulser n’importe quand », explique Louise, étudiante trans à Lyon. « Il est quand même très difficile d’être expulsé juste comme ça ; il y a des commissions qui se tiennent », soutient Helno Eyriey. Sur etudiant.gouv.fr, le portail des démarches et services étudiants, il est précisé que « le non-respect du règlement intérieur et tout acte contraire à la vie en société peuvent entraîner des sanctions allant jusqu’à l’exclusion ».

La santé mentale, peu abordée dans le milieu universitaire

Daria évoque la responsabilité du Crous dans le suicide de ces étudiants précaires. Anas (2) et Doona n’en sont pas les premières victimes. Après le suicide de Doona, le Crous a mis en place une cellule psychologique. Ils précisent qu’une réunion était organisée ce 30 septembre pour élaborer un plan de lutte contre les discriminations. « Un service après-vente des suicides », pointe Daria. Aujourd’hui, étudiants et syndicats réclament de vraies mesures pour l’accompagnement des étudiants fragiles et pointent le manque de formation du milieu universitaire sur ces questions. « Ils ont réussi à libérer une chambre mais à quel prix ? », questionne Daria.

Selon Stop Suicide, 69 % des jeunes trans auraient des pensées suicidaires régulières. Louise s’en émeut :

Toutes les femmes trans que je connais ont des pensées suicidaires, sont dépressives, sont sous antidépresseurs parce que la société est trop violente.

En 2019, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, se disait favorable à l’emploi du prénom d’usage pour les personnes trans. « Une quinzaine d’universités le reconnaissent déjà », précisait la ministre. Quid des chiffres pour 2020 ? « Si les étudiants étaient mieux accompagnés, à la fois financièrement mais aussi dans l’accompagnement social et mental, il n’y aurait pas de situation comme celle-ci », déclare Helno Eyriey. Aujourd’hui, organisations et étudiants ne veulent plus que des situations comme celles-ci se reproduisent. « J’étais là en novembre dernier, je suis encore là aujourd’hui, j’espère aujourd’hui que la prochaine fois ce sera pour crier victoire », conclut Louise au mégaphone devant le Crous, sous les applaudissements de la foule.


(1) Le prénom a été modifié.

(2) Après plusieurs mois dans le coma, Anas est sorti de l’hôpital le 14 juin dernier.


Haut de page

Voir aussi

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Adieu « Che » Maradona

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.