Les petits commerces au front contre Amazon

Exsangues après plusieurs semaines de fermeture contrainte, les petits commerces dénoncent l’expansion des géants de la vente en ligne et la passivité du gouvernement.

Médiatiquement, les petits commerces n’en finissent pas de mourir. Dès les années 1980 commence dans la presse la chronique du déclin, à mesure que s’étendent les grandes surfaces. On évoque alors l’« agonie » de ces petites boutiques, lente et inéluctable. Avec la crise du Covid-19 et les deux confinements, la disparition des commerces de proximité paraît subitement bien plus imminente : l’obligation de fermer les boutiques de produits non essentiels pourrait mener à un nombre record de faillites dans le commerce de proximité.

En parallèle, les bénéfices qu’engrangent Amazon ou Cdiscount exaspèrent les petits commerçants, qui dénoncent la complaisance de l’État à l’égard des grands de la vente en ligne. Plusieurs affirment être prêt·es à rouvrir avant le 1er décembre. Apparaît alors un nouveau registre dans les titres de presse : celui de la guerre de survie. Après le récit du déclin, celui de la lutte des petits commerces démarre.

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.