La police en son miroir

Le Beauvau de la sécurité, un débat… sans la population.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Lundi matin 8 février, s’est ouvert le Beauvau de la sécurité, grand raout voulu par le président de la République après le tollé de l’affaire Michel Zecler. Retransmise en direct sur les réseaux sociaux, cette première séance avait pour thématique les « relations police-population ». Un débat… sans la population. Aucune association citoyenne ni aucun·e universitaire ayant travaillé sur ces questions n’était présent·e. Cette absence s’explique, paraît-il, par la pression des syndicats de police… Une certaine vision du débat.

Outre le gratin sécuritaire français, tous dépendant du ministère, trois « personnalités qualifiées » étaient présentes : le directeur du pôle « opinion et stratégie d’entreprise » de l’Ifop, le référent déontologue du ministère de l’Intérieur et le président de l’association Raid aventure, seule représentante d’organismes au contact des jeunes, mais – coïncidence ? – parrainée par Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du Raid, député LREM, présent lui aussi. Naturellement, cet entre-soi a produit les effets escomptés.

À peine un élu local a-t-il évoqué le mot « contrôle d’identité », en racontant que son fils, d’apparence « basanée », était tout de même beaucoup plus contrôlé que ses camarades, mais que finalement « ça n’est pas un problème ». Le tout, vite enfoui sous un monticule de poncifs sur l’image de la police et sa communication, avant que Gérald Darmanin en arrive à la conclusion qu’il fallait revoir le code pénal pour permettre à la police de communiquer sur les enquêtes au lieu de laisser la primauté au parquet, soit à un autre ministère. Le problème serait donc principalement une affaire de com’.

Un « combat culturel », selon le ministre, qui n’a, semble-t-il, rien à voir avec les violences policières, expression qui n’a même pas été prononcée. Rien à voir non plus avec la politisation de l’utilisation de la police. Que pèsent les détentions arbitraires en marge de la mobilisation du 12 décembre contre la loi de « sécurité globale », dénoncées par Amnesty international ce même lundi 8 février ? Certes, un ou deux intervenants ont pointé du bout des lèvres la désastreuse répression des gilets jaunes, dont de nombreux policiers se sentent proches. Mais le « débat » s’est arrêté là.

Tout ce beau monde s’est accordé pour dire que, de toute manière, les « irréconciliables » avec la police étaient surtout les délinquants et que, par conséquent, ce n’était pas la peine de s’époumoner. Gérald Darmanin a concédé que 10 millions de Français, soit 27 % de la population, éprouvent « inquiétude ou hostilité » vis-à-vis de la police… Mais ne vous inquiétez pas, braves gens : la Police nationale se prépare à débarquer sur TikTok et Snapchat – véridique ! – et alors tout va changer.


Haut de page

Voir aussi

En bonne voix

Médias
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.