Dossier : Fukushima : Les 10 ans qui ont plombé le nucléaire

L’Allemagne prend congé de l’atome

Les derniers réacteurs seront arrêtés l’an prochain, conformément à la décision politique prise après l’accident de Fukushima.

En décembre 2022, les opérateurs des centrales d’Emsland, d’Isar et de Neckarwestheim interrompront définitivement les trois derniers réacteurs nucléaires encore en fonctionnement à cette date en -Allemagne. Comme décidé après la catastrophe de Fukushima, alors que l’atome produisait 22 % de l’électricité. De fait, le pays avait pris la décision de sortir du nucléaire dès 2000, sous un gouvernement alliant la gauche sociale-démocrate et les écologistes. Le « consensus atomique » signé alors interdisait toute mise en marche de nouveaux réacteurs et établissait, pour chaque centrale, le volume d’électricité nucléaire qu’il lui restait à produire. Au bout de ce scénario, tous les réacteurs auraient été fermés vers 2020.

En 2010, le gouvernement d’Angela Merkel (droite conservatrice et parti libéral coalisés) décide de revenir sur ce calendrier, en prévoyant de prolonger la durée d’exploitation des centrales de 12 ans en moyenne. Le mouvement antinucléaire allemand se ravive. Des dizaines de milliers de personnes manifestent ; l’icône du soleil, qui signifie « atome, non merci », revient en force. Arrive la catastrophe de Fukushima. La chancelière allemande, qui détient un doctorat de physique, change alors radicalement de cap. Son parti, -traditionnellement pro-nucléaire, la suit sous la pression de l’opinion, massivement choquée par l’accident. En juin 2011, une loi approuvée par la droite, les sociaux-démocrates et les Verts acte un nouveau calendrier d’arrêt de tous les réacteurs, avec date butoir en 2022. Seul le parti de gauche Die Linke vote contre : il voulait une sortie plus rapide.

Depuis, la question des compensations financières accordées aux exploitants des centrales n’est toujours pas réglée.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.