Après le retour des talibans : Peur sur Kaboul

Les talibans semblent vouloir montrer un visage moins rétrograde. Mais l’inquiétude reste palpable, en particulier pour les femmes.

Oui, les femmes pourront s’inscrire et étudier à l’université, dans des classes non mixtes évidemment, mais les femmes célibataires ou veuves entre 15 et 45 ans devront épouser des talibans. Et les femmes de talibans ne seront probablement pas autorisées par leur mari à s’inscrire, et encore moins à se rendre en cours. En Afghanistan, depuis le retrait des troupes américaines, l’installation au pouvoir des talibans se fait progressivement au travers d’annonces qui rendent de moins en moins crédible le discours qui veut les présenter comme beaucoup plus modérés politiquement que lors de leur premier passage à la tête du pays, entre 1996 et 2001.

Cette première expérience du pouvoir des talibans les avait vus instaurer la charia et l’appliquer de manière très stricte : burqa obligatoire, limitation des droits et effacement complet des femmes dans l’espace public, persécution des opposants… Aujourd’hui, ils déroulent une communication qui vise à les rendre plus respectables sur la scène géopolitique, et cela passe par des mesures présentées comme « progressistes », comme l’autorisation de porter un voile plus léger que la burqa, ou encore les amnisties accordées aux fonctionnaires du gouvernement précédent. Mais cette image ne sera pas forcément un reflet réaliste du quotidien sur place.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ce que révèle l’affaire des sous-marins

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.