Casey : « La France vit une déprime généralisée »

Casey, membre du groupe Ausgang quand elle ne fait pas d’album solo, s’exprime sur l’état de la société, les séquelles de la colonisation ou l’obsession pour la sécurité. Et affirme la nécessité de faire face.

L’album Gangrène du groupe Ausgang, dont fait partie Casey, sortait le 6 mars 2020, quelques jours avant le premier confinement. En septembre 2021, le groupe a relancé une tournée de concerts (1). L’occasion de rencontrer Casey, rappeuse rare à l’ironie incisive.

Comment définissez-vous le genre de musique que vous faites avec Ausgang ?

Casey : C’est un album qui fusionne le rock et le rap. Honnêtement, la catégorisation n’est pas plus intéressante que ça.

C’était important de travailler en collectif ?

Sonny Troupé, à la batterie, vient du gwoka et du jazz ; Marc Sens, à la guitare, de la noise ; et ManuSound, aux machines, du milieu électrodub. Ces autres influences fondent la différence de forme. En travaillant avec des musiciens aux histoires et aux références propres, on démultiplie les possibilités de jouer.

Dans certains morceaux, comme « Élite » ou « Bonne conduite », il y a des boucles, des répétitions martelées presque jusqu’à la nausée…

C’est vraiment en live qu’on pose ce qu’on fait avec Ausgang. On tourne des refrains et des schémas musicaux jusqu’à la transe ; avec des crescendos qui montent et qui explosent dans la musique et la voix. Ça tourbillonne jusqu’à l’étourdissement, ça vient de l’inspiration punk.

Qu’y a-t-il de différent avec ce disque ?

Ce n’est pas si différent de ce que j’ai déjà fait ou de ce que je referai. Dans la forme, je m’autorise à chanter, à essayer d’assumer. Même si ce n’est pas très juste ni précis, j’essaie. Sur le discours, il y a des choses un peu plus intimes sur mes sensations internes : sur ce qu’est le malaise, la déprime, des moments où tu peux te sentir vraiment au fond du trou.

L’humour y est présent, comme toujours…

C’est un humour particulier. Ça rit plus jaune qu’autre chose. La dérision ou l’autodérision, c’est un minimum pour prendre un peu de distance avec des sujets qui peuvent être lourds. Comme pour tout le monde, c’est un moyen de défense. Mais ce n’est pas la grande rigolade non plus !

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.