Après l’élection de Gabriel Boric, le plus dur commence

L’ex-leader étudiant élu président le 19 décembre entrera au palais de la Moneda en mars. Il devra tenir son cap dans un paysage politique en pleine recomposition.

Le 19 décembre dernier, à l’issue du deuxième tour de l’élection présidentielle, le social-démocrate Gabriel Boric l’a emporté avec 56 % des voix sur le candidat d’ultradroite, José Antonio Kast. Dès l’annonce des résultats, les cris de joie et l’effervescence ont envahi les rues, du nord désertique au sud patagonique du Chili. Aux quatre coins du pays, les Chiliens ont fêté à leur manière, en chantant et en dansant, cette nouvelle avancée vers la justice et la dignité. À Santiago, plus d’un million de…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.